Dépêche Une entente est intervenue entre le Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de bureau (SEPB) et notre ancien syndicat international (SIEPB) mettant fin à toute contestation de notre autonomie canadienne

Des négociations intensives ont permis de
conclure une entente réglant l’ensemble des poursuites judiciaires
intentées de part et d’autre, mettant un point final à cette longue
et coûteuse saga juridique contestant la légitimité
constitutionnelle de la démarche d’autonomie canadienne ainsi que
celle visant à régler les litiges monétaires découlant de cette
démarche.

Le Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de
bureau COPE SEPB, fort de cette entente, se tourne résolument vers
l’avenir. Serge Cadieux, président national, souligne que «
l’intérêt des membres passait obligatoirement par une entente juste
et respectueuse des parties impliquées évitant, dans la mesure du
possible, d’engloutir des sommes considérables en débats juridiques
».

Afin d’assurer à part entière son autonomie
canadienne, le COPE SEPB, lors de son dernier congrès en juin 2007,
évoquait l’importance de développer des liens fraternels avec des
organisations syndicales nationales et internationales.

Rappelons-nous qu’en juin 2004, la très grande majorité de nos
membres au Canada avait manifesté le désir de former notre propre
syndicat canadien distinct du syndicat international. En 2004, lors
de notre congrès de fondation et avec l’appui inconditionnel du
CTC, des fédérations provinciales et de dirigeantes et dirigeants
de syndicats nationaux, notre syndicat canadien prenait forme et
recevait une pleine reconnaissance à titre de syndicat national
autonome.

Enfin, en octobre 2007, l’exécutif national du COPE SEPB entérine à
l’unanimité l’entente intervenue avec son ancien Syndicat
international, évitant par le fait même la tenue d’un procès d’une
durée prévue de 4 semaines devant la Cour suprême de la
Colombie-Britannique.

L’essentiel, dans cette démarche autonomiste, réside dans le fait
que la volonté des membres canadiens a été pleinement reconnue et
que les structures mises en place favoriseront le développement de
cette organisation.