CTC – Les syndicats réclament une réforme de l’assurance-emploi, dénoncent la réduction des primes

Georgetti demande des appuis au
projet de loi C-269

OTTAWA – Plutôt que la
décision mal-conçue de réduire les primes d’assurance-emploi de
quelques sous, le gouvernement fédéral devrait faire ce qui est
juste et trouver les moyens de rendre le programme
d’assurance-chômage plus pertinente et plus utile pour les millions
de Canadiens et Canadiennes qui y cotisent.

« Nous devrons réparer le programme d’a.-e.
pour qu’il fournisse l’assistance nécessaire aux sans-emploi dont
les nombres croissent. Il faut les aider avec de la formation
trouver de nouveaux emplois, » dit Ken Georgetti, président du
Congr s du travail du Canada. « Ce serait un plus grand bénéfice
pour le pays que ces réductions de primes. »

L’ent tement, pendant des mois, d’un certain nombre de
lobbyistes des milieux d’affaires a réussi convaincre le
gouvernement de réduire les primes.

« Ces gens l ne sentent pas concernés quand
près des deux tiers des travailleurs et travailleuses qui paient
leur assurance ne se qualifient pas pour les prestations dans les
moments de besoin. Il ne s’intéressent pas non plus faire marcher
ce programme en offrant ou finançant la formation dont on a tant
besoin».

« Les employeurs responsable devraient se
joindre aux travailleurs et travailleuses et réclamer du
gouvernement qu’il appuie les modifications progressistes proposées
par le projet de loi C-269 qui est l’ordre du jour de la Chambre
des communes cette semaine. Le projet de loi C-269 offre une vision
du programme de l’a.-e. qui bénéficie aux travailleurs et
travailleuses tout autant qu’aux intér ts économiques long terme du
pays. »

Georgetti explique que le projet de loi C-269, pour l’essentiel,
fait avancer les recommandations appuyées par tous les partis en
2005 dans le Rapport du comité parlementaire des Ressources
humaines. Ces propositions, qui ressemblent celles du Congr s du
travail du Canada pour moderniser l’assurance-emploi, ont
malheureusement ignorées par le gouvernement actuel tout autant que
le précédent.

« Pensons-y bien! Nous pouvons avoir un
programme d’a.-e. o pr s d’un million de familles travailleuses
trouveraient leur compte o nous pouvons avoir quelques sous de plus
par semaine dans les poches des employeurs! Le gouvernement devrait
savoir dire non aux exigences égo stes de certains milieux
d’affaires et se mettre explorer de meilleures idées comme celles
qui sont proposées dans le projet de loi C-269, » conclut
Georgetti.