CTC – L’emploi : Bonnes nouvelles et aveuglement gouvernemental

OTTAWA
– « Il y a aucun doute que 68,000 nouveaux emplois à plein temps
sont de bonnes nouvelles mais le gouvernement fédéral est-il
attentif aux tendances qui se développent dans le marché du
travail? » demande Ken Georgetti, président du Congrès du travail
du Canada.« Les différences régionales et sectorielles croissantes
devraient préoccuper le gouvernement et l’inciter à agir. »

« Les booms vont et viennent dans l’économie
des ressources naturelles. Celui-ci passera aussi, » explique
Georgetti. « Le Canada doit aider le secteur manufacturier qui bat
de l’aile de façon à retenir un nombre raisonnable d’emplois
productifs et bien payés. »

La semaine dernière, le Congrès du travail du Canada a publié un
document important sur la crise manufacturière et a présenté des
propositions en vue de soutenir un marché du travail actif et des
initiatives de formation à la ministre des Ressources humaines
Diane Finley.

Une fois encore, le Congrès du travail du Canada réclame une
stratégie à long terme de création d’emplois faite ici. Les
familles travailleuses canadiennes veulent des politiques publiques
proactives pour aider les travailleurs et les travailleuses à
accéder aux opportunités nouvelles et des solutions créatrices aux
différences régionales grandissantes, comme par exemple, déplacer
plus de travail industriel relié au développement énergétique vers
d’autres régions du pays.

Données sur le chômage

Selon l’Enquête sur la population active de Statistique Canada,
en octobre 2006, le taux de chômage a diminué pour se placer à 6,2
% par rapport à 6,4 % le mois précédent. L’Alberta et la
Saskatchewan ont créé la moitié de tous les nouveaux emplois le
mois dernier. Le reste du pays traîne la patte. Le secteur
manufacturier a encore perdu 15 000 emplois. Le mois dernier, en
chiffres désaisonnalisés, il y avait au Canada 1 085 700 Canadiens
et Canadiennes voulant travailler qui n’avaient pas d’emploi.

Analyse de l’économiste en chef Andrew Jackson

  • Le nombre de nouveaux emplois à temps plein de 68 000 est
    remarquable. Il s’agit d’emplois salariés plutôt que de travail
    autonome. C’est une bonne nouvelle.
  • Il faut célébrer le taux record le plus bas du chômage chez les
    femmes adultes de 4,9 % et une baisse marquée du taux de chômage
    chez les jeunes.
  • Les déséquilibres régionaux sont frappants. Jusqu’ici pour
    l’année 2006, la croissance de l’emploi se fait surtout dans deux
    provinces – l’Alberta et la Colombie-Britannique.
  • 147 000 des 261 000 emplois créés jusqu’ici cette année, en
    2006, autrement dit 56,3 %, sont en Alberta et en
    Colombie-Britannique.
  • L’emploi a diminué en Ontario le mois dernier largement à cause
    d’une perte de 18 000 emplois manufacturiers. Au Québec, même si
    l’emploi augmente légèrement, la province a perdu 8 000 emplois
    manufacturiers.