CTC: La troisième fois sera la bonne

Le mouvement syndical
soutient le projet de loi anti-briseurs de grève

OTTAWA – Le Congrès du
travail du Canada soutient entièrement le projet de loi du Bloc
Québécois visant à interdire le recours aux briseurs de grève
(souvent appelés « scabs ») dans les activités régies par le Code
canadien du travail.

« La troisième fois sera la bonne », nous dit Hassan Yussuff,
secrétaire-trésorier du Congrès du travail du Canada qui représente
plus de 3 millions de travailleurs et de travailleuses, membres de
55 syndicats d’un bout à l’autre du pays.

« À tous nos syndicats, à tous nos militants, à tous nos
membres, je demande d’appeler leur déput&e acute;e et député
fédéral et de leur dire de voter en faveur de ce projet de loi. Il
faut le faire. Il faut le faire surtout si votre député est libéral
ou conservateur. »

« C’est avec l’effort syndical que nous avons
gagné les lois anti-briseurs de grève au Québec et en
Colombie-Britannique. Malgré les années et les changements de
gouvernement, même les régimes de droite comme les libéraux
britanno-colombiens de Gordon Campbell n’y ont pas touchées, ce qui
prouve la valeur de ces lois », dit M. Yussuff.

Des lois semblables en vigueur en Colombie-Britannique et au
Québec ont créé des relations de travail plus harmonieuses et
entraîné une réduction importante des jours de travail perdus lors
de grèves ou de lockout. Le recours aux briseurs de grève prolo nge
les conflits et est souvent l’étincelle qui provoque la violence et
les accidents sur les piquets de grève. La grève en cours à la Mine
Ekati dans les Territoires du Nord-Ouest en sont un bon
exemple.

En octobre 2003 et avril 2005 des projets de
modification de la loi ont été défaits malgré le soutien effectif
de la majorité des députées et députés d’arrière-ban. La dernière
fois, c’est le vote en groupe du Cabinet qui a causé la défaite par
12 votes. « Pour la troisième fois en trois ans le Parlement a la
chance de faire entrer nos relations de travail dans le 21e siècle.
Nous souhaitons un vote libre qui aura l’appui des trois partis de
l’opposition et de nombreux députés conservateurs; nous souhaitons
le succès de cette réforme », dit Yussuff.