Conférence sur les pensions : doubler les prestations du RPC

« Imposer le chacun-pour-soi n’est pas une
façon canadienne de faire les choses » affirme Georgetti

Une importante conférence sur les pensions demande que l’on modifie
le Régime de pensions du Canada (RPC) afin de doubler les
prestations actuelles.

Selon le Congrès du travail du Canada, hausser les prestations du
RPC est la meilleure façon de garantir aux aînés de demain de ne
pas se retrouver dans la pauvreté ou dans l’impossibilité de
prendre leur retraite.

« Le Canada est un pays riche. Il a les moyens
d’accroître le financement des régimes publics de pensions et
d’assurer une vie décente aux retraités d’aujourd’hui et de demain
», affirme Ken Georgetti, président du Congrès du travail du
Canada.

« Au lieu d’utiliser les milliards de dollars d’excédents fédéraux
pour réduire les impôts des sociétés rentables et des riches
contribuables, au lieu de perpétuer les excédents en décidant de ne
rien faire, le gouvernement fédéral devrait s’occuper des besoins à
long terme de la population vieillissante. Imposer le
chacun-pour-soi aux aînés de demain n’est pas une façon canadienne
de faire les choses », affirme Georgetti.

Selon les recommandations d’un document présenté à la 3e Conférence
sur les pensions du CTC, une augmentation des prestations du RPC
pour les établir à 50 % plutôt qu’à 25 % du salaire industriel
moyen pourrait être réalisée par une combinaison de mesures :
doubler jusqu’à concurrence de 90 000 $ le plafond sur le maximum
des gains donnant droit à la pension, augmenter légèrement les
cotisations au RPC, et permettre aux travailleurs et travailleuses
de transférer leurs épargnes de REER dans leurs comptes du RPC.

« Nos propres recherches montrent que les Canadiens sont prêts à
contribuer davantage pour obtenir des prestations plus généreuses
du RPC ou d’autres prestations de pension de l’État. Un sondage
effectué en 2006 auprès des travailleurs révèle que 71 %
accepteraient de payer plus d’impôts pour obtenir des prestations
de retraite plus élevées », ajoute Georgetti.

Selon Georgetti, les tendances pointent vers une crise du revenu de
retraite dans les années à venir. La population âgée de plus de 65
ans qui augmente, les jeunes qui préfèrent avoir des familles moins
nombreuses et les emplois à bons salaires qui continuent de
disparaître dans le secteur manufacturier poseront des défis. En
plus, la plupart des Canadiens ont de plus en plus de difficulté à
économiser en vue de leur retraite et un grand nombre doivent plus
d’argent qu’ils n’en gagnent. Des millions de personnes âgées se
retrouveront dans la pauvreté à la retraite ou n’auront pas les
moyens de prendre leur retraite.

« Pour éviter de telles conséquences, il faut faire preuve d’un
véritable leadership en matière de pensions, et répondre aux
besoins d’une population vieillissante dans les domaines des soins
de santé et du logement. Le Canada a besoin d’une stratégie de 40
ans pour faire face aux défis que pose une population plus élevée
de retraités et une main-d’oeuvre réduite. L’amélioration des
régimes de pensions publics tels que le RPC doit faire partie de
cette stratégie », conclut Georgetti.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la 3e Conférence sur
les pensions du CTC :
http://pensions.canadianlabour.ca/fr/index.html

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement
syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs
canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux
du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail
et 136 conseils du travail régionaux. Site web :
www.congresdutravail.ca