CLC – Législation anti-briseurs de grève : victoire pour les droits des travailleurs et travailleuses

Législation anti-briseurs de
grève : victoire pour les droits des travailleurs et travailleuses
– M. Georgetti incite les députés et députées à ne pas retarder
l’approbation en troisième lecture

OTTAWA – Le Congrès du
travail du Canada applaudit à l’approbation en deuxième lecture du
projet de loi C-257 et félicite les députés et députées qui ont
voté en sa faveur. Ce projet de loi rendra illégal que les
employeurs engagent du personnel de remplacement pendant que leurs
employés ou employées sont en lockout ou en grève. Des lois à cet
effet sont déjà en vigueur au Québec et en
Colombie-Britannique.

« Les Canadiennes et les Canadiens régis par le
Code du travail fédéral se sont rapprochés de l’équité et de
l’équilibre qui existent au Québec et en Colombie-Britannique »,
indique Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. «
Nous incitons la Chambre des communes à procéder sans tarder à
l’approbation en troisième lecture. »

« C’est une victoire pour tous les Canadiens et
Canadiennes que des députés et députées des quatre partis à la
Chambre des communes s’unissent pour enchâsser dans la loi leurs
principes d’équilibre et d’équité », dit Hassan Yussuff,
secrétaire-trésorier du Congrès du travail du Canada.

Cette loi aidera à calmer les relations de travail, et notamment
à réduire considérablement le nombre de journées de travail perdues
en raison de grèves ou de lockout. Le recours aux briseurs de grève
prolonge les conflits et cause souvent des actes de violence et des
blessures sur les piquets de grève.

Au vote en deuxième lecture, 167 voix ont été exprimées en
faveur du projet de loi et 101 ont été exprimées contre
celui-ci.