Le 6 décembre, le CTC met l’accent sur la violence conjugale en milieu de travail

Vendredi, 4 décembre 2015

Il y a plus de vingt-cinq ans, quatorze femmes étaient assassinées à l’École Polytechnique de Montréal. Pourtant, les femmes et les jeunes filles canadiennes continuent de subir chaque jour des actes de violence chez elles, à l’école, au travail et au sein de leurs communautés.

Ces deux dernières années, le Congrès du travail du Canada a mené une initiative visant à tenir compte des effets de la violence conjugale dans le milieu de travail. Selon une récente enquête pancanadienne menée par le CTC et les chercheurs à l’Université Western, une travailleuse sur trois a été victime de violence conjugale et cette violence a continué au travail. Plus de 80 % des victimes ont déclaré que la violence conjugale avait nui à leur rendement professionnel, et plus de la moitié ont affirmé que la violence s’était produite sur leur lieu de travail ou à proximité de celui-ci.

« La violence conjugale est un problème important pour les travailleuses canadiennes, mais elle touche tout le monde, a déclaré Barbara Byers, secrétaire-trésorière du CTC. Les syndicats peuvent faire leur part en négociant des solutions en milieu de travail, comme des congés payés, des plans de mesures de sécurité et des programmes d’intervenantes auprès des femmes, en exerçant des pressions pour une meilleure législation sur la santé et la sécurité et en offrant de la formation aux délégués syndicaux et autres représentants syndicaux. »

Le 6 décembre, lors de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, le CTC lancera un nouveau service en ligne, le Centre de ressources sur la violence conjugale.

Selon Mme Byers : « Notre nouveau Centre de ressources comprendra des outils et des stratégies à l’intention des dirigeantes et dirigeants syndicaux, des représentantes et représentants et des membres pour appuyer les efforts de sensibilisation, briser le silence et améliorer la sécurité de tous en milieu de travail. »

Le Congrès du travail du Canada souhaite collaborer avec le gouvernement fédéral afin d’améliorer les règlements en matière de santé et sécurité au travail en y ajoutant des dispositions portant sur la violence conjugale, et le mouvement syndical exercera également des pressions pour obtenir une meilleure législation dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada.

Le CTC est encouragé par certaines des promesses faites par le gouvernement fédéral lors de la dernière campagne électorale, notamment l’engagement d’élaborer un plan d’action national sur la violence faite aux femmes que le CTC espère sera fondé sur le modèle de plan mis au point par les organisations syndicales, de femmes et de lutte contre la violence.

« Nous voulons que le gouvernement s’engage à tenir ses promesses électorales de mener rapidement une enquête publique nationale sur les meurtres et disparitions de femmes et filles autochtones et de mettre en œuvre une stratégie nationale sur la violence faite aux femmes, y compris d’investir dans les centres d’hébergement et les logements », a déclaré Mme Byers.

Le 6 décembre est l’occasion de se souvenir des vies perdues en raison de la violence, mais aussi de décider qu’il est temps d’agir. Le mouvement syndical canadien travaille fort pour assurer la sécurité de nos lieux de travail, et nous sommes impatients de collaborer avec le nouveau gouvernement pour contribuer à l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles.